Sunibel corporate Services

L’île Maurice conserve la note de crédit Baa1 grâce à sa diversification économique et à sa politique de développement

Dans sa dernière évaluation nationale, Moody’s Investors Service a maintenu sa note de crédit Baa1 pour l’île Maurice. Moody’s souligne que le revenu moyen supérieur et l’économie diversifiée de l’île, les politiques de développement économique et un environnement politique stable, sont des facteurs qui soutiennent son profil de crédit.

La « résilience et la diversification de l’économie locale, ainsi qu’une solide capacité institutionnelle » ont permis à l’île Maurice de maintenir sa notation favorable, malgré la faible taille de son PIB (13,34 milliards de $US en 2017). En revanche, le « poids relativement élevé de sa dette publique » et sa dépendance vis-à-vis de son « secteur financier vaste et complexe » constituent des risques, en particulier en termes de balance des paiements.

Pour M. David Rogovic, Vice-président de Moody’s – Analyste senior et co-auteur du rapport : « le gouvernement mauricien doit relever le défi de mettre en œuvre d’importants plans d’investissement et de dépenses publiques tout en parvenant à une consolidation budgétaire ».

L’île Maurice est l’une des trois plus petites économies à recevoir la note Baa1. Avec son « économie très ouverte », l’île se classe au cinquième rang des pays les plus ouverts au commerce. Elle devance ainsi la Hongrie, la Slovénie, la Bulgarie et la Thaïlande.

Mauritius' Economic Strength - Moody's Investors Service 2019

Dans la sous-catégorie « Force économique », Maurice reçoit la note « Élevé (-) ». Le niveau de richesse de l’économie lui permet d’absorber les chocs extérieurs, selon Moody’s. Les analystes notent également la politique de restructuration des piliers traditionnels de l’économie et la promotion de nouveaux secteurs d’activité. Cela explique pourquoi la croissance économique de l’île Maurice a été jusqu’à présent supérieure à celle d’autres pays également notés Baa. Moody’s s’attend à ce que cette tendance se poursuive au cours des deux prochaines années.

En s’appuyant sur les forces de l’économie locale, Moody’s souligne l’importance de l’industrie du tourisme pour la croissance. Alors que le secteur avait connu une croissance à deux chiffres en 2014 et 2015, il n’a progressé que de 4.3 % en 2018.

Elle place ainsi Brexit et le ralentissement de l’économie française comme les principales causes de la faible performance du secteur. Le rapport identifie également la vulnérabilité au changement climatique comme l’une des principales menaces pour l’industrie. Même si le gouvernement « a entrepris un certain nombre d’efforts pour améliorer la résilience des infrastructures face aux événements liés au climat ». Moody’s note également les efforts du gouvernement pour renforcer son économie. En particulier, à travers son plan « ambitieux » d’investissements publics dans les transports, le port et l’énergie, ainsi qu’à travers la négociation d’accords commerciaux avec la Chine et l’Inde.

Le rapport souligne également que l’île Maurice a fait preuve de souplesse face aux pressions internationales en ce qui concerne son secteur « Global Business ». En particulier en remplaçant son « régime du crédit d’impôt étranger » et en signant plusieurs conventions internationales pour rendre son centre financier plus transparente et imperméable à l’évasion fiscale.

L’île Maurice obtient une note « Élevé (+) » en ce qui concerne le renforcement institutionnel. En effet, si l’on se base sur la bonne performance du pays dans le dernier classement « Doing Business » de la Banque Mondiale, la gouvernance économique est robuste. Toutefois, Moody’s note que « la gouvernance publique n’est pas aussi solide que la gouvernance économique ». La lourde bureaucratie devient un « facteur problématique » pour la compétitivité de l’économie, souligne le rapport.

High Debt levels and interest burden of Mauritius - Moody's Investors Service

En ce qui concerne les points faibles de l’île Maurice, Moody’s estime que le niveau élevé de la dette publique est le facteur le plus important dans la notation du pays. Bien que l’île ait obtenu de bons résultats dans les indicateurs précédents, par rapport à d’autres pays ayant des notations similaires, la performance de la dette du pays est inférieure à la moyenne. Ainsi, le ratio de la dette publique par rapport au Produit Intérieur Brut (PIB) et aux recettes publiques est plus élevé à l’île Maurice que dans les autres pays notés Baa. Toutefois, le rapport indique que la structure de la dette publique atténue partiellement le risque.

Mauritius' growth - outperformed Baa-rated peers

 

Pour plus d’informations, veuillez consulter :

Contactez-nous